Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 juin 2011 7 12 /06 /juin /2011 16:04

411XYRG4WCL. SL500 AA300Présentation de l'éditeur :

 

LES DROITS IMPRESCRIPTIBLES DU LECTEUR :

 

  1. Le droit de ne pas lire.

  2. Le droit de sauter des pages.

  3. Le droit de ne pas finir un livre.

  4. Le droit de relire.

  5. Le droit de lire n'importe quoi.

  6. Le droit au bovarysme

      (maladie textuellement transmissible).

  7. Le droit de lire n'imorte où.

  8. Le droit de grappiller.

  9. Le droit de lire à haute voix.

10. Le droit de nous taire.

 

 

Ma lecture :  

 

Ces droits imprescriptibles du lecteur devraient figurer au frontispice de chaque classe de français ... ou tout du moins, dans un petit coin de la conscience des professeurs ! Lectrice enthousiaste dès ma plus tendre enfance, l'école a réussi ce tour de force de m'éloigner des livres sous la profusion des injonctions : lisez ceci, lisez cela, pour la semaine prochaine, pour dans deux semaines ... Bien sûr que je les ai lus ces livres (quoique certains ont dû être tronqués de quelques passages), mais je n'en garde aucun souvenir ! Seule l'Ecume des Jours de Boris Vian a laissé quelques traces dans ma mémoire (merci à la prof de français qui a su attirer mon attention par quelques moments de lecture bien choisis). Ainsi que Le vieil homme et la mer d'Ernest Hemingway dont mon maître de CM nous faisait la lecture jour après jour.

 

C'est finalement de tout cela dont il est question dans ce livre : du goût pour la lecture qui s'émousse avec la sommation. Mes études à l'université m'ont passionnée, mais ce n'est qu'une fois celles-ci terminées que je me suis mise à lire et à regretter de n'avoir pas saisi l'opportunité de lire plus durant ces années.

Et tous ces livres qu'on ne se donne pas le droit de lire parce que trop compliqués, ou trop long, pour nous : et si on s'y mettait quand même, quitte à en amputer quelques passages ?! On y reviendra peut-être par la suite pour lire l'ouvrage dans tous ses détails.

 

Surtout, j'ai lu ce livre en tant que mère, qui fera bientôt la lecture à sa fille (et qui lui lit d'ailleurs déjà les Chantefables et Chantefleurs de Robert Desnos). Ce livre trouvera sa place dans sa bibliothèque à elle : et ce pour que je n'oublie jamais, quand nous regarderons les livres ensemble, que j'ai le devoir de la faire rêver en lui lisant, à haute voix, des histoires. Et ce, quelque soit son âge ! Qui n'aime pas qu'on lui raconte des histoires ?

J'ai le souvenir de soirées d'hiver dans le massif central, autour de la cheminée, seul moyen de chauffage de cette vieille maison qui nous accueillait le temps de nos vacances au ski, où, assis sur les genoux de nos parents, nous écoutions les histoires qu'ils nous lisaient. Quel plaisir !!! Et ce plaisir, j'aimerai que dans une trentaine d'années ma fille s'en souvienne encore et se fasse la promesse de le partager avec ses enfants.

 

Bref, la lecture c'est le plaisir. Et si les professeurs doivent s'en tenir malgré tout au programme, aux notes et autres évaluations, qu'ils s'attachent néanmoins à faire sentir à leurs élèves le plaisir qu'ils ressentent en découvrant une nouvelle histoire. Et que chaque parent ai bien conscience d'être aussi un vecteur de ce plaisir.

"Comme un roman", un livre plaisir qui nous donne envie de redécouvrir beaucoup des livres qui prennent la poussière dans le fond de nos étagères ...

 

J'aimerai avoir le sentiment des profs sur ce qui semble finalement être une "recette" pleine de bon sens pour faire goûter les joies de la lecture aux jeunes étudiants ... Mais est-ce si simple que cela ? ...

 

Extraits :

 

Qu'il difficile parfois de choisir des passages que l'on a aimé quand tout le livre en recèle ! J'en avais marqué 8 principaux, je vous en livre 4 :

 

" Bref, un beau matin, ou un après-midi, les oreilles bourdonnant encore du tumulte de la cantine, il assiste à l'éclosion silencieuse de mot sur la feuille blanche, là, devant lui : maman. Il l'avait déjà vu, au tableau, bien sûr, reconnu plusieurs fois, mais là, sous ses yeux, écrit de ses propres doigts ... D'une voix d'abord incertaine, il ânonne les deux syllabes, séparément : "Ma-man". Et, tout à coup : maman ! Ce cri de joie célèbre l'aboutissement du plus gigantesque voyage intellectuel qui se puisse concevoir, une sorte de premier pas sur la lune, le passage de l'arbitraire graphique le plus total à la signification la plus chargée d'émotion ! Des petits ponts, des boucles, des ronds ... et ... maman ! " (Comme un roman, Daniel Pennac, Ed. Gallimard 1992, coll. Folio, page 46).

 

" Je répète ma question : qu'est-ce qui est arrivé à ce prince quand son père l'a chassé du château ? Nous insistons, nous insistons. Bon dieu, il n'est pas pensable que ce gosse n'ait pas compris le contenu de ces quinze lignes ! Ce n'est tout de même pas la mer à boire, quinze lignes !!! Nous étions son conteur, nous sommes devenu son comptable. Puisque c'est comme ça, pas de télévision tout à l'heure ! Eh ! oui ... Oui ... La télévision élevée à la dignité de récompense ... et, par corollaire, lecture ravalée au rang de corvée ... c'est de nous, cette trouvaille ..." (Comme un roman, Daniel Pennac, Ed. Gallimard 1992, coll. Folio, page 58).

 

" Plutôt que de laisser l'intelligence du texte parler par notre bouche, nous nous en remettons à notre propre intelligence, et parlons du texte. Nous ne sommes pas les émissaires du livre mais les gardiens assermentés d'un temple dont nous vantons les merveilles avec des mots qui en ferment les portes : Il faut lire ! Il faut lire ! " (Comme un roman, Daniel Pennac, Ed. Gallimard 1992, coll. Folio, page 105).

 

" Une seule condition à cette réconciliation avec la lecture : ne rien demander en échange. Absolument rien. " (Comme un roman, Daniel Pennac, Ed. Gallimard 1992, coll. Folio, page 140).

 

Et beaucoup d'autres mais je ne vais tout de même pas recopier le livre !!!

 

Bonne lecture

 

 

 

**********

 

Lecture à inscrire au défi littéraire d'Argali.

mod article2342510 2

Partager cet article

Repost 0
8 février 2011 2 08 /02 /février /2011 11:21

51hTlbxDf2L SL500 AA300

Présentation de l'éditeur :

 

Nous avons tendance à oublier que les livres, éminemment vulnérables, peuvent être supprimés ou détruits. Ils ont leur histoire, comme toutes les autres productions humaines, une histoire dont les débuts mêmes contiennent en germe la possibilité, l'éventualité d'une fin. George Steiner souligne ainsi la permanence sans cesse menacée et la fragilité de l'écrit en s'intéressant paradoxalement à ceux qui ont voulu - ou veulent - la fin du livre. Son éblouissante approche de la lecture va de pair ici avec une critique radicale des nouvelles formes d'illusion, d'intolérance et de barbarie produites au sein d'une société dite éclairée. Cette fragilité, répond Michel Crépu, ne renvoie-t-elle pas à un sens intime de la finitude que nous apprend précisément l'expérience de la lecture ? Cette si étrange et douce tristesse qui est au fond de tous les livres comme une lumière d'ombre. Notre époque est en train de l'oublier. Jamais les vrais livres n'ont été aussi silencieux.

 

Ma lecture :    

 

Dur dur pour moi j'avoue : je ne suis pas dans une période favorable pour lire ce type de livre. J'ai un peu la tête ailleurs et il faut quand même être concentré pour suivre cette lecture. La réponse de Michel Crépu est encore pire !

Ce que j'en ai retenu néanmoins : une présentation de l'histoire du livre à travers les époques et les lieux et au cours de laquelle on touche la fragilité du livre. A une époque où l'on s'interroge sur la pérénité du livre comme objet avec les tablettes numériques, on prend conscience que cette fragilité est née avec le livre. George Steiner nous présente également les liens moins glorieux entre le livre et l'histoire, à travers le nazisme ou la censure.

Pour ce qui est du commentaire de Michel Crépu, il faudra que je me replonge dans cette lecture ...

 

Une lecture à inscrire au défi littéraire de Argali.

 

mod article2342510 2

Partager cet article

Repost 0
27 janvier 2011 4 27 /01 /janvier /2011 11:22

Présentation de l'éditeur : 41Y46TTHBXL SL500 AA300

 

Lire des livres à des bébés... cette proposition paraissait incongrue, il y a quinze ans à peine. Depuis, des colporteurs d'histoires se rendent là où se trouvent les bébés pour leur lire des livres, sous le regard et avec la complicité de leurs parents ou des professionnels de la petite enfance. Comment se sont développés ces projets autour des livres et des bébés ? Sur quelles données théoriques reposent-ils ? Quels sont les enjeux de ces rencontres autour des livres ? et d'abord quels livres ? Qui lit ? Quand ? Comment ? Quelles sont les dérives possibles de ces actions ? Quels rôles pour les institutions (crèches, écoles maternelles, bibliothèques...) ?

 

 

Ma lecture :

 

J'ai acheté ce livre en tant que future maman. Très intéressant mais ce livre s'adresse plutôt aux professionnels de la culture et de la petite enfance. J'en ai retiré cependant quelques noms d'auteur que je vais consulter de ce pas.

 

 

 

Une lecture à inscrire au défi littéraire de Argali.

 

mod article2342510 2

Partager cet article

Repost 0
19 mai 2010 3 19 /05 /mai /2010 12:12

Une bibliothèque idéaleUn petit ouvrage découvert par hasard en fouinant à la recherche de trésors dans ma librairie habituelle. Dans la lignée de précédentes lectures sur les bibliothèques, cette compilation de textes de Hermann Hesse vient compléter des suggestions de lectures. Ces suggestions sont plus éloignées de notre environnement culturel que celles faites par Annie François ou Jacques Bonnet, pour la simple raison qu'Hermann Hesse est un écrivain allemand, avec la culture littéraire de son temps, le début du XXème siècle. Nombre d'auteurs cités ne me parlent absolument pas : Mörike, Hebel, Schiller, ...

Pourtant, Hermann Hesse tente de dresser une liste, non exhaustive, des livres devant figurer dans une bibliothèque idéale. Il remonte le temps, partant de la Bible pour arriver  aux auteurs allemands contemporains. Il parcourt les continents, des livres grecs aux textes indiens, chinois, américains, espagnols, russes et français. Si cette liste est très incomplète, il n'oublie pas de préciser qu'elle est née de ses goûts et de ses choix.

A chacun de s'interroger sur les livres qui peuvent l'enthousiasmer. L'objectif n'est pas de tout lire, de forcer sa nature profonde pour développer une quelconque culture générale. Il est plutôt de s'ouvrir des portes, des horizons pour découvrir de nouvelles littératures, de nouveaux trésors. Comme le dit Hermann Hesse dans son article De la lecture, "si elle n'éveille pas chez le lecteur une étincelle d'énergie, un soupçon de rajeunissement, un souffle de fraîcheur, toute heure passée à lire est une heure perdue."

Sur la lancée de cette lecture, j'ai décidé de d'engager dans la découverte d'auteurs japonnais. Mon choix s'est porté sur Junichirô Tanizaki et Yasunari Kawabata. Je vous en dirai plus très bientôt. En attendant, bonne lecture !!

 

 

Partager cet article

Repost 0
31 janvier 2010 7 31 /01 /janvier /2010 10:06

   Comme convenu, j'ai lu le livre conseillé par Marie. J'ai un peu traîné les pieds, après avoir lu les commentaires d'autres lecteurs sur Amazon. En fait, j'avais préféré commencer par "Bouquiner" de Annie François. Mais bon, le suivant dans ma PAL était cette bibliothèque pleines de fantômes. Un titre d'abord, de ceux qui ouvrent grandes les 51icjUuAadL SS500portes de l'imaginaire. Une couverture ensuite, qui montre une bibliothèque telle qu'on en rêve tous ... moi en tout cas ! Et dès la première page, on plonge. Dans toutes ces bibliothèques qui font rêver, dans ces dizaines de milliers de livres entreposés chez l'auteur, chez ses amis, ses connaissances ... mais aussi chez d'autres auteurs dont il nous raconte une même passion. Passion de la lecture mais aussi passion des livres. J'ai beaucoup aimé cet échange, dans le premier chapitre, entre deux lecteurs passionnés, qui dissertent sur leur bibliothèque, leurs habitudes, leur façon de ranger, classer, d'acheter même. Un comportement de collectionneur parfois, qui veut posséder tous les ouvrages sur un thème donné, d'un auteur, d'un courant littéraire, voire même d'un espace géographique. Une histoire personnelle de la découverte de la lecture qui me fait dire que rien n'est jamais perdu : une forme de curiosité littéraire née des pages des éditions Reader's Digest ou du Chasseur français ouvre des perspectives insoupçonnées.

   Puis Jacques Bonnet nous ouvre les portes de bibliothèques prestigieuses : on atteint là des collections personnelles de 300 000 à 600 000 ouvrages répartis en diverses demeures. Et chaque fois, on découvre en même temps des auteurs, des livres ! On s'initie ensuite au classement de ces milliers d'ouvrage, même si on entre là dans une seconde dimension. Même si je me sens parfois envahie par les livres, si je peste parce qu'il faut toujours trouver où les ranger, investir dans des mobiliers, ... je suis très loin de ces dizaines de milliers de livres ! Mais on se prend à rêver. Quelle délicieuse idée que celle de collectionner des thèmes de livres, des auteurs, ... Tout acheter, même, et surtout, les livres épuisés ! Et ranger, classer.

Cependant, à un moment, cette succession de titres, d'auteurs, d'éditions, d'années de parution, ... a fini par me lasser. Je ne sais pas trop à quel moment c'est arrivé, mais les derniers chapitres, où l'auteur nous explique d'où viennent ces livres, comment il collectionne, classe (ou ne classe pas) ces livres d'art, ... ces chapitres m'ont paru bien longs. Dommage parce que le début était prometteur. On en vient à parfois ne pas saisir ce qui fait passer l'auteur d'un titre à l'autre. Et comme je ne suis pas du genre à m'autoriser, comme Daniel Pennac, à sauter des passages d'un livre, j'ai consciencieusement lu tous les (auteur, titre, éditions, année) du livre. Lassant. A se demander si parfois l'auteur ne s'est pas contenté d'énumérer les ouvrages situés dans sa bibliothèque face à sa table de travail.

Pour conclure, je dirais qu'il s'agit d'une belle plongée dans les profondeurs des bibliothèques conséquentes. Cela donne envie de faire partie du cercle ... Mais il ne faut pas hésiter à "sauter certains passages" dès que la lecture devient ennuyeuse.

Ma prochaine plongée dans l'univers du livre se fera avec Alberto Manguel et "la bibliothèque, la nuit". Mais ce sera après Denis Guedj et "la méridienne".

Partager cet article

Repost 0
29 décembre 2009 2 29 /12 /décembre /2009 01:17

Plongée dans les profondeurs de nos bibliothèques et de nos petites habitudes de lecture ! Un plaisir de lecture, le bonheur des mots. On se sent tellement proche de l'auteure, on connaît tous des petites manies dans notre manière de lire : quand, comment, où, combien, quoi, pourquoi, ... ?!

51V0BWDB7SL SL500 AA240Présentation de l'éditeur : "A ceux qui demandent " Dis-moi ce que tu lis... ? ", l'auteur répond par " Comment je lis ". Couchée ? Assise ? Au bureau, à la maison, à l'hôtel, au restaurant, dans le métro, à l'hôpital ? Pourquoi ci ? Pourquoi ça ? Avec ou sans marque-page ? Sur les conseils d'un ami, d'un critique, d'un libraire ? Des gros volumes, des opuscules ? Comment classer, empiler, ranger, ne pas ranger, déranger ses livres ? Déménager à cause des livres ? Quel plaisir prend-on au velouté ou à la finesse du papier, à la souplesse ou à la rigidité des reliures, au bruit des pages qu'on feuillette, à leur odeur ? Quel rapport avec la mémoire ou l'oubli, la culture et l'inculture ? Au fil d'une cinquantaine de chapitres drôles ou émouvants se dessinent une sorte d'autobiobibliographie, de portrait d'un couple, d'une tribu amicale, d'une confrérie de lecteurs dont on aime à se sentir proche."

Avec en prime une multitude de suggestions de lecture, au moins 2 à chaque page, qu'on rêve de pouvoir découvrir avec elle. Pour ma part, j'en ai déjà inscrit quelques-uns sur ma liste d'achat de chez amazon (oui je sais, pour quelqu'un qui aime musarder dans les librairies, c'est pas très bien ... mais je déteste prendre ma voiture pour trouver de quoi satisfaire ma curiosité ... on a tous nos mauvaises habitudes de lecture).
Amenée à ce livre par l'article des Lectures pêle-mêle de Marie sur l'ouvrage "les bibliothèques pleines de fantômes", les commentaires sur Amazon m'avaient plutôt fait pencher pour l'ouvrage d'Annie François ... Mais je pense que je vais m'y mettre aux fantômes bibliophiles !!! J'aime bien le genre.

Je vous le conseille vraiment : ça se lit comme on déguste un bonbon ... une madeleine je dirais.

Partager cet article

Repost 0
22 décembre 2009 2 22 /12 /décembre /2009 07:53

41wVkvwBTNL SS500Un livre à mettre entre les mains de tous les professeurs ! De tous les parents, et à étudier dans les classes pour engager le débat.
"Un livre de plus sur l'école, alors ? ; Non, pas sur l'école ! Sur le cancre. Sur la douleur de ne pas comprendre et ses effets collatéraux sur les parents et les professeurs."
Daniel Pennac nous laisse entrevoir le portrait d'un professeur comme on en a tous rêvé, et que certains d'entre nous ont eu, par chance : un prof impliqué entièrement dans ses classes, préoccupé sincèrement par la réussite de leurs élèves, et pas seulement celle des meilleurs.

Quand, à la fin du livre, Daniel Pennac se parle à lui-même, il se dit ceci :
"Moi, je trouve qu'en matière d'enseignement tu me dois énormément [à moi le cancre que j'étais]. Il a fallu que tu sois un ancien cancre pour devenir prof, non ? Sois honnête. Si tu avais brillé en classe, tu aurais fait autre chose. En fait tu es retourné dans la poubelle de Djibouti, déguisé en prof, pour en sortir d'autres cancres ! Et c'est grâce à moi que tu y es arrivé ! Parce que tu savais ce que je ressentais. C'était du savoir ça aussi, tu ne penses pas ? [...] On vous demande d'ajouter à toutes vos connaissances l'intuition de l'ignonrance, et d'aller à la pêche au cancre, c'est votre boulot ! Le mauvais élève se prendra en main quand vous lui aurez appris à sa prendre en main ! C'est tout ce qu'on vous demande !"

Partager cet article

Repost 0

Présentation

  • : Itzamna
  • Itzamna
  • : J'ai souhaité placer sous de bons auspices ce blog dédié aux livres et à mes lectures. Itzamna est une importante divinité du panthéon Maya. Dieu du ciel, du jour et de la nuit, il a aussi inventé l'écriture et les livres.
  • Contact

Lectures en cours

7-ans-apres---Guillaume-Musso.jpg

Rechercher

Wanted !

Wanted

Challenges et défis

Les challenges que je vous propose :

 

JJRousseau

 

challenge indigné révolté engagé 2013

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vos challenges auxquels je participe :

 

challengema21

 

mod article2342510 2

 

challenge-Des-notes-et-des-mots-4

 

 

laviedesautres

 

 

tourdefrance

 

challenge-edith-wharton

 

Leblanc

 

blogoclub

 

Un-mot-des-titres

 

Lire sous la contrainte - Phildes

J'y suis

Logo-News-Book.png

livraddict_logo_middle--1-.png

Babelio.GIF

Les agents littéraires

 

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -